Rainbow Summer Salad

J’ai grandi avec de grands principes diététiques.

On ne les a pas toujours respectés à la lettre, mais ça forge un caractère.
Et des croyances. Et des rebellions.
Je mets tout ça en vrac, et vous verrez sûrement qu’au fil des posts, ça a du sens (ou pas), que ça se tient, et que même quand je parle de pastèque, je vous parle de l’univers.
Enfin on n’est pas là pour parler de météorites.
Parmi ces grands principes diététiques, il y a le « il faut manger les fruits en début de repas ».
Parce que sinon, ça ne se digère pas, tout ça. L’ayurveda s’y met aussi, et pas mal de naturopathes ont le même discours.
Alors, forcément, comme j’ai l’esprit de contradiction, j’ai toujours aimé les fruits en dessert.

Et comme j’ai l’esprit de contradiction mais qu’en plus, ça m’amuse de faire de la rhétorique, je me suis dit que finalement, si je ne pouvais pas les manger en dessert, personne ne m’empêchait de les manger en plat.
Cela étant dit vu mon grand âge, en théorie personne ne m’empêche non plus de les manger en dessert.
En vérité, j’ai surtout appris à observer. L’observation neutre, c’est presque un mantra*.

Mais je m’égare. Revenons à nos cucurbitacées.
J’ai donc observé que quand je mangeais des fruits en fin de repas, oh, surprise, je ne les assimilais pas très très bien.
J’ai observé aussi qu’un jour, ma marraine (il faudra aussi que je vous en parle de ma marraine, elle est tellement douée de ses mains que je voudrais qu’elle décore toute ma maison le jour où je fais des chambres d’hôtes, mais ça c’est pas demain…)…ma marraine, donc, a pris son melon, a mis du sel et du poivre dessus.
Damned.
J’étais encore une petite joueuse dans le rang des expérimentations culinaires.
Mais ça, ça m’a ouvert une porte.
Ou des fenêtres, comme vous voulez.

Ces deux observations en poche, je suis restée assise sur mes lauriers, vu qu’à l’époque, je m’en contrebalançait un peu, parce que je mangeais beaucoup d’autres trucs intéressants comme des sashimis et du fromage de chèvre.
Comme je suis un peu lente d’esprit, j’ai fini par trouvé ça intéressant de fouiller dans mes poches le jour où j’avais trop de pastèque et que je ne voyais pas comment la manger sans avoir envie de mourir du ventre.
J’ai oublié de vous dire aussi que j’ai grandi aussi avec l’idée qu’on ne gaspille pas la nourriture.
Tous ces éléments ont fait que ce jour là, je me suis décidé à faire une salade avec cet énergumène.
Je me souviens, avec du sel de céleri d’ailleurs, c’était pas du tout mal du tout.
Mais à l’époque, il y a deux ans disons, je mangeais encore du fromaaaage et donc j’y ai mis de la feta et du basilic ou de la menthe je crois.

Toute cette histoire pour vous dire qu’aujourd’hui, je continue à faire des salades de fruits salées.
En particulier en été, parce que la pastèque et le melon, c’est plein de couleur et la couleur, ça me met de bonne humeur (et il y a aussi de bons éléments dedans comme de la vitamine A mais je vous laisse aller voir tout ça sur le net).

Rainbow Summer Salad

Prep time:

le temps de découper tout ça. Ca dépend si vous être rapide, lent, minutieux, mais on peut raisonnablement miser sur un petit quart d’heure.

Cook time:

Pas d’ingrédients cuits dans cette salade, sauf si, comme moi, vous aimez les graines toastées.
Dans ce cas, deux minutes à la poële pour un goût incomparable. Mais vous pouvez le faire à l’avance.

Ingredients

  • Une grosse tranche de pastèque
  • Un avocat
  • Une carotte
  • Une demi mangue
  • Un petit concombre
  • 2 cuillères à soupe de graines de tournesol
  • Basilic, huile d’olive, vinaigre balsamique, sel. Classico.

Préparation

On prend son courage à deux mains et on découpe tout en petits dés parce que vous verrez, c’est tellement plus savoureux…et puis ça oblige à prendre de petites bouchées.
En ce qui me concerne, je coupe toujours tout très petit, parce que je ne mange qu’avec des baguettes à la maison. Et donc c’est plus pratique.
On assaisonne, et bim.

L’avantage de cette salade, dont je vous ai indiqué les ingrédients pour qu’elle ressemble à la photo, c’est qu’on peut faire ce qu’on veut. L’idée, surtout, c’est d’y mélanger du fruit et du légume.
De saison et local c’est mieux mais dis donc, j’ai mis de la mangue et de l’avocat. Nobody’s perfect.

*un mantra, c’est une syllabe, un ensemble de sons, une phrase que l’on répète, dans un but méditatif et spirituel. Parfois, les sons n’ont pas de signification par eux-même, c’est l’énergie qu’ils produisent qui compte.
 

6 Comments

  1. Trastour Patricia

    Bonsoir Gwendoline, j’ai jeté un œil sur ton site. Quelle douceur, quelle justesse. J’aime ton écriture, ta gaité, ta profondeur qui défile le long des mots. Bravo ! Tu m’as touchée en plein cœur. Je te souhaite une belle aventure et j’espère te revoir bientôt. Amicalement. Patricia

     
    • La Tortue

      Patricia
      Merci d’accueillir avec autant de bienveillance et d’enthousiasme mes articles!
      Je suis heureuse que ces mots qui sonnent juste pour moi trouvent un écho. A très vite.

       
  2. Goûté et MÉGA approuvé !!

     
  3. Pingback: Pour le réconfort – La Tortue Qui Danse

  4. Pingback: 3 dips d’automne – La Tortue Qui Danse

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*