Preppy Lentil Salad

Les lentilles, c’est un peu comme les aubergines.
Faire du marketing avec ne va pas de soi.
A bien les observer, on préfèrerait presque pouvoir les manger crues, pour qu’elles gardent une couleur appétissante.
Une fois cuites, elles perdent quand même beaucoup de leur charme.
On peut espérer miser sur leurs atouts diététiques, surtout dans le cadre d’un régime à base de végétaux. (les protéines, le fer, tout ça…)
Mais là encore, il reste à combattre le schéma lentilles-saucisses-carottes si bien ancré dans les mémoires. Enfin comprenez, dans la mienne, déjà.
Autant vous dire qu’on part de très loin.
Petite, donc, j’ai certainement mangé un million de plats de lentilles préparées avec amour, mijotées avec soin, compotées avec attention.
Ainsi, mon cerveau a longtemps assimilé les lentilles à un plat chaud, garni de viande.
Du lard fumé, pour tout vous dire.
Une fois la viande supprimée, il nous restait les carottes. Et allez, soyons fous, les oignons.

Pour moi, cuisiner des lentilles revient donc à s’attaquer directement à la question incontournable quand on choisit de ne plus consommer de produits animaux:

« Mais tu remplaces par quoi? »
Ben par rien, en fait.
Je change mes habitudes, simplement.

J’ai donc d’abord découvert, avec délectation, grâce à la cuisine indienne, qu’une alternative existait aux lentilles vertes: les lentilles corail.
(Qui sont exceptionnelles en plat d’hiver avec du lait de coco et de la courge et des épinards, et oui-c’est-promis-un-jour-viendra-où-je-ferai-ce-post. En hiver.)
Onze ans à l’île de la Réunion m’ont aussi fait aimer les lentilles blondes, grises, ou, luxe suprême, celles de Cilaos, comme « grain », en accompagnement de plats avec le riz*.

Pour autant, ma vraie découverte a été la possibilité de les manger FROIDES.
Un peu comme pour la pastèque en version salée, les lentilles froides en salade ont été une vraie révélation.
Et puis, la lentille en salade permet aussi de s’attaquer à cette réputation de plat du pauvre que se traîne notre copine.
Bien sûr, ça fait longtemps que cette réputation est attaquée avec les milliers de tartinades, de pâtés, de plats proposés par les blogs dont je suis la première à être lectrice.
Mais enfin, une recette de plus ne sera pas de trop pour lui faire justice…

D’un coup, ce petit grain qui ne paie pas de mine se met à rayonner en côtoyant ses amis la betterave et l’avocat.
Ajoutez lui du persil, du citron et du tamari, le voilà prêt à affronter les plus réticents.
Si en plus, vous vous amusez à faire griller des noisettes et à les hacher grossièrement, attendez-vous à des syncopes.
Comment ça, j’exagère?

Preppy Lentil Salad

Prep time:

Une nuit de trempage pour les lentilles (ça raccourcit le temps de cuisson, ça nous fait donc économiser de l’énergie).
Une petite demi-heure le temps de découper les légumes, de presser le citron, de faire griller les noisettes. Et tout et tout.

Cook time:
15 à 20 minutes pour les lentilles si elles ont trempé au préalable. Sinon, doublez le temps de cuisson. Goûtez quand même, ça dépend si vous les préférez croquantes ou fondantes.
20 minutes pour la betterave cuite à la casserole. Encore une fois, tout dépend si vous la préférez encore un peu croquante ou très cuite.

Ingredients


Pour 4 à 6 convives

  • 200g de lentilles vertes ou mélangées – pas trop de « split peas » type lentilles roses, sinon elles vont partir en bouillie.
  • 250g de betterave cuite (si vous la faites vous même c’est encore meilleur mais personne ne vous lynchera parce que vous l’achetez toute prête)
  • 1 gros avocat ou 2 petits
  • 1 petite botte de persil plat
  • Le jus d’un citron
  • 3 cuillères à soupe de tamari (vous pouvez utiliser du shoyu – sauce soja- à la place. L’avantage du tamari, c’est qu’il vous permet de faire un plat sans gluten)
  • Une poignée de noisettes. Allez, 50 grammes.
  • Facultatif: une pomme acidulée (type granny ou juliet) – des raisins secs. Ce qui vous fait plaisir.

INSTRUCTIONS

  1. La veille, faites tremper les lentilles toute une nuit dans de l’eau froide
  2. Le jour même, jetez l’eau des lentilles et mettez les à cuire dans environ 500ml d’eau salée.
  3. Pendant ce temps, faites cuire la betterave.
  4. Si le cœur vous en dit, mettez une poignée de raisins secs (30 à 50 grammes) à tremper dans de l’eau chaude.
  5. En attendant, vous pouvez découper l’avocat en petits dés (voire la pomme si vous décidez d’en ajouter une), et hacher finement le persil.  Réservez dans un saladier.
  6. Égouttez les lentilles et la betterave. Laissez refroidir.
  7. Découpez la betterave en dés.
  8. Ajoutez les lentilles et la betterave dans le saladier.
  9. Faites enfin griller les noisettes. Hachez les grossièrement une fois qu’elles auront refroidi.
  10. Egouttez les raisins secs. Ajoutez les dans le saladier avec les noisettes.
  11. Enfin, assaisonnez avec le tamari (ou la sauce soja) et le jus de citron.

Vous noterez que je fais assez souvent preuve de flexibilité dans mes indications de temps. J’ai pour habitude de travailler « à l’oeil », plus qu’au réveil.
Et vous laisser une plus grande liberté vous permet aussi de façonner la recette à votre goût, surtout pour la cuisson.
Cela dit, si vous souhaitez plus de précision vous pouvez évidemment me faire part de vos remarques!
Ce blog est fait pour transmettre, et je souhaite qu’il soit le plus accessible possible 🙂
*Le fameux riz-grains-rougail servi avec le cari. Ou le rougail. Mais personne n’interdit de le servir avec une citrouille masalé ou un légumes shop sui 🙂
 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*