What people think vegans eat

Invite ton vegan Ep 3 – Nourrir la bête

Et maintenant, que vais-je faire….

Qu’est-ce que je peux bien te cuisiner maintenant? Tu ne manges plus rien!

Depuis mon passage vers ce que d’aucuns considèrent comme le côté obscur (personnellement, j’aurais plutôt tendance à le voir comme plus lumineux, mais bon,…),
je ressens comme une grande détresse chez mes amis, ma famille, mes collègues.
Chez tout le monde ou presque en fait.
Et pour cause.

Oui, voilà, nous en revenons à l’idée que ce choix est socialement compliqué et souvent générateur de grosse panique.
Rassurez-vous, pourtant, nourrir la bête herbivore, c’est possible.
La preuve.
Si une grande partie de ma famille a jeté l’éponge, l’autre s’en sort très bien.
Mes amis s’amusent à découvrir de nouvelles possibilités culinaires – certains commencent même à être contaminés.
Tranquillement hein, ne vous affolez pas, il mangent toujours assez d’animaux morts pour avoir leur quota de protéines/calcium/fer…toutes ces choses qu’évidemment un vegan ne peut pas assimiler dans des champignons, des brocolis, des oranges, des lentilles, des amandes…
Je m’arrête là, si je vous fais la liste, vous allez avoir envie de me taper.

Car oui, mes amis, j’ai un scoop, le veganisme permet de se nourrir correctement d’un point de vue nutritionnel.
Pour être tout à fait honnête, la seule carence que vous risquez, si vous n’êtes pas un vegan natif, c’est celle de la B12.
Votre système n’a pas, comme les autres animaux, appris à la synthétiser en quantité suffisante pour subvenir à ses besoins.
Evidemment que non, puisque qu’avant d’être un militant acharné, vous avez été amateur de produits animaux.
Ainsi donc, il vous en coûtera, au choix et pour faire vite, de prendre une ampoule tous les dix jours ou un comprimé par jour pour éviter de mourir dans d’atroces souffrances.
(je plaisante, mais à moitié, car la carence en B12 peut s’avérer dangereuse si elle est sévère).

Mais après tout, qui ne connaît personne de son entourage qui prend des suppléments?
Personnellement, si c’est le prix à payer pour être cohérente et éviter le massacre de 400 animaux, économiser 730 kilos de céréales et plus de 2 millions de litres d’eau à moi toute seule chaque année, et puis aussi réduire la déforestation, les émissions de CO2….je n’y vois pas d’inconvénient*.


Mais revenons à nos petits pois.

Pour nourrir votre herbivore, vous risquez de faire face à deux obstacles de votre pensée:

1. Croire que c’est compliqué

Souvent, j’entends que faire à manger pour moi, c’est compliqué.
Pourtant, tellement de plats sont vegan sans prétendre l’être.
J’en ai déjà listé quelques-uns ici.
Mais je peux me répéter.
Dans le sud (enfin le mien, le sud est quoi): la socca, les panisses, la ratatouille, le caviar d’aubergine, les artichauts à la barigoule, les pasta all’arrabiata…
Encore plus au sud: les champignons à la grecque, les falafels, le houmous, le taboulé, le taboulé libanais, le mutabal, le baba ganoush, le muhammara….(c’est ma partie préférée celle-là, si vous voulez me faire plaisir, offrez-moi un abonnement mensuel au libanais)
Un peu plus loin vers la droite: les currys de légumes, au lait de coco ou à la tomate, le dhal,…
Les cuisines indienne, thai, japonaise regorgent de possibilités végé.
D’ailleurs, la cuisine asiatique saura vous réconcilier avec le tofu.

Si on revient en France, je connais beaucoup moins la cuisine du nord (le nord commence vers orange, soyons précis).
Sans vouloir balancer, il me semble que dans le nord, on a une fâcheuse tendance à croire que la cuisine se fait avec du beurre.
Mais j’ai trouvé quelques exceptions dans mon expérience sélective:

  • la choucroute (pourvu que le chou n’ait pas cuit avec la viande ou du saindoux, mais ça existe. Et obviously, on n’ajoute pas de charcuterie avec les patates)
  • les crêpes de blé noir (ah oui mais là, on ne peut pas mettre de beurre pour les faire cuire)
  • ET LES FRITES (mais attention, pas à la graisse de boeuf comme on fait tout là-haut)
  • Et euh…je compte sur vous pour ajouter en commentaires des plats du nord vege d’origine!!

Enfin bref, vous avez l’embarras du choix.
Je n’ai pas cité la cuisine des pays de l’est, c’est une injustice, car j’ai goûté une soupe de betterave à tomber par terre lors d’un mariage franco-ukrainien.
Ni la cuisine africaine, et pourtant GOD KNOWS HOW I LOVE PEANUT.
Ni la cuisine réunionnaise, pardon, pardon mes amis, je me damnerais pour un zambrocal zambrevates et un pois citrouille.
Enfin je m’arrête.
Parce qu’en plus, je ne cite pas évidemment toutes les possibilités de salade, de légumes, de pâtes, de riz, de céréales, les salades de pois chiches, de haricots blancs ou autres légumineuses.


Ne me dites plus jamais que c’est compliqué.
Vous avez toujours la solution, comme les restaurants de touristes, de faire une assiette de crudités toute bête et/ou une assiette de légumes.
OU DES FRITES.
Oui, mais voilà. Un deuxième obstacle se présente à nous, de fait.

2. Croire que c’est simple

Eh oui les amis. Ce serait trop facile sinon.
Je vous vois venir avec votre salade de tomates en hiver. Ou votre assiette de frites.
Figurez-vous qu’il est tout à fait possible que votre herbivore n’aime pas la salade.

Ou qu’il n’aime pas les frites.
Alors je vous vois venir, avec vos,

« oh là là, déjà que tu ne manges rien, si en plus il y a des choses que tu n’aimes pas… »

Scoop numéro 2: les vegan sont des omnivores comme les autres.
Ils ont un goût pour les aliments qui leur est propre.
Qui a été construit avec l’enfance, remodelé avec la cantine, encore remanié avec les découvertes à l’extérieur, et puis probablement transformé avec la transition vegan.

Ainsi, non, ce n’est pas simple.
Je vais prendre le pire exemple possible: moi.
Je n’aime pas les fritures ou les plats qui baignent dans l’huile.
Quand je mange des pâtes, elles disparaissent sous mes légumes.
Je n’aime pas les choses trop sucrées.
Bref. Pour la majorité des personnes, je suis une chieuse.
Ce concept est intéressant.
Car à force de cuisiner pour mes amis, je découvre qu’en fait, tout le monde est difficile.
Cuisiner un steak frites, ou un plat de pâtes, ça, c’est facile.
Cuisiner des céréales, des légumes, qui plaisent à tout le monde, c’est plus compliqué.

Il y a ceux qui aiment les carottes, mais pas quand elles sont cuites.
Ceux qui aiment les brocolis, mais alors pas trop.
Ceux qui aiment le citron, mais surtout pas de zeste sur les pâtes, s’il te plaît.
Ceux qui n’aiment pas les fruits dans les plats salés, mais qui raffolent des raisins secs dans la semoule.
Ceux qui n’aiment pas la cannelle, sauf si elle est bien cachée.
Ou la fleur d’oranger. Mais on ne peut pas la cacher, celle-là.
Ceux qui n’aiment pas la coco quand elle est râpée, mais qui se prosternent devant des légumes au lait de coco.
Ceux qui n’aiment ni les brocolis, ni le fenouil, ni le concombre, mais qui aiment les champignons.
Ceux qui n’aiment pas non plus les champignons, mais qui aiment le concombre, enfin, tu es sûre qu’il a dégorgé quatre heures?

Croyez-moi, quand vous faites un repas pour des amis, vous avez intérêt à tenir des listes.
Et à les mettre à jour.

Voilà, je me relis, et je me dis que vous avez quand même peut-être envie de quelques astuces.
Je peux, déjà, vous proposer de venir aux ateliers cuisine que je vais commencer à organiser dans la région.
D’ailleurs le premier a lieu le 10 février à la Colle-sur-Loup à La Belle Verte et j’ai hâte de vivre ce moment de partage.
Mais je m’en voudrais d’être injuste envers ceux qui sont loin.
Voici donc quelques suggestions. Avec en lien les recettes que vous pouvez trouver sur mon site.

Pour un apéro

  • Banana Bread
  • Hummus
  • d’autres variations du hummus (ma dernière lubie est celui à la patate douce)
  • Délice figue olive:
    EXCLU EN AVANT PREMIERE AVANT L’ATELIER VOILA COMMENT VOUS ETES DES VEINARDS
    Mixez 100g d’olives avec 3/4 figues fraiches ou séchées (si c’est le cas, faites les tremper dans de l’eau tiède au préalable). Ajoutez un peu d’eau si nécessaire. Sel, poivre, thym.
  • Guacamole
  • Caviar d’aubergine
  • Crème de cajou NON JE NE SPOILERAI PAS L’ATELIER
    (mais vous pouvez trouver la recette sur le net)

Plats complets

Pour le dessert

Ces listes sont bien sûr très limitées (pour l’instant, car j’aurais à coeur de continuer à vous partager mes meilleures recettes)
Elles le sont aussi pour une bonne raison: vous laisser la possibilité de faire appel à votre créativité.
Imaginez, inventez, laissez vous aller et vous vous surprendrez à régaler votre amateur de verdure (mais peut-être qu’il préfère les frites hein!)

 

*Des informations et des chiffres instructifs sur le côté vegan de la force c’est par ici et et en anglais par

Illustrations: pinterest

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*