flatlay lebanese food

Et vous, quel est votre plus grand plaisir? 2/2

L’homme n’a pas pour but le plaisir, mais la connaissance

Swami Vivekananda

Alors, ça y est ?
Vous avez réfléchi à la question ?
Vous ne voyez toujours pas le rapport entre le plaisir et la connaissance?
Swami Vivekananda non plus.
C’est parfait, je vais pouvoir concilier deux plaisirs: vous être utile, et, bien sûr, contredire l’autorité établie.

Rendons à César tout ça, et je remercie encore Alex, notre formateur, pour nous avoir aidé à retrouver d’aussi belles choses à l’intérieur de nous-mêmes.
Je remercie d’ailleurs aussi tous mes collègues de formation pour cette énergie folle que nous avons partagée dans ce premier module.
Mais vite fait, sinon, au prochain, ils vont comprendre que je les aime bien, et après je vais être obligées de leur parler.

Résumer cinq jours de formation en un post serait impossible, mais je vais quand même vous poser une ébauche de ce que nous avons appris, pour vous permettre de suivre ma réflexion joyeuse sur le plaisir.
Si vous vous rappelez mon post sur les bases de l’ayurveda, ou si vous vous êtes déjà un peu intéressé à tout cela, vous avez en tête les cinq éléments :
Akasha, Vayu, Agni, Jala/Apas, et Pritivi.
Autrement dit, Espace, Air, Feu, Eau, et Terre.


A chaque élément se rapporte un sens (jnanendriya, moyen de connaissance), et une partie du corps (karmendriya- moyen d’action).

  • Akasha, l’espace, est en lien avec l’ouïe (l’oreille), et la bouche (expression)
  • Vayu, l’air, le vent, est en lien avec le toucher (la peau), et les mains pour la préhension
  • Agni, le feu, est en lien avec la vue (les yeux), et les pieds (je marche pour aller vers le but que mes yeux indiquent)
  • Jala (ou Apas, l’eau), est en lien avec le goût (la bouche), et les organes génitaux (procréation)
  • Pritivi, la terre, c’est l’odorat (le nez) et l’anus (excrétion)

En quoi ces informations nous sont elles utiles (en dehors du fait qu’elles nous permettent déjà d’accroître nos connaissances générales) ?
Elles vont nous servir parce que l’ayurveda a une architecture et une logique implacable de cohérence : les doshas, intelligences biologiques, sont composés de ces éléments.

Je vous en avais déjà parlé ici, mais comme dirait Aristote, la pédagogie, c’est l’art de la répétition, rien ne vaut un petit rappel :

  • Vata Dosha est composé de Vayu (le vent, son élément principal), et de Akasha (l’espace, élément secondaire)
  • Pitta Dosha est composé de Agni (le feu, élément principal) et de Jala, ou Apas (l’eau, son élément secondaire)
  • Kapha Dosha est composé de Pritivi (la terre, son élément principal) et Jala/Apas (l’eau, son élément secondaire)

On peut donc maintenant faire facilement le rapprochement entre les doshas et les sens évoqués plus haut.
Vous ne voyez toujours pas le rapport avec le plaisir qui vous est le plus cher ?
On y vient.

Encore un rappel, puisque je vous ai déjà parlé des doshas ici mais :

Ces doshas, intelligences biologiques vont nous permettre de comprendre qui nous sommes : chacun de nous naît avec une constitution de base.
Une identité biologique si vous voulez, qui comprend une quantité variable de chacun de ces trois doshas.
La plupart des personnes ont un dosha dominant : aussi parle t’on des personnes Vata, Pitta, ou Kapha.
C’est évidemment un raccourci, qui ne veut pas dire que vous n’avez pas en vous une quantité, même infime, des autres doshas.
Si l’on voulait formuler cela en pourcentage, on pourrait imaginer que ce type de personne a une répartition 70/15/15 entre les doshas.
Il y a aussi des constitutions mixtes : Vata/Pitta, Vata/Kapha, Pitta/Vata, Pitta/Kapha, Kapha/Pitta et Kapha/Vata, où les deux doshas sont plus ou moins à quantité égale, ou avec le premier prédominant, mais le secondaire est néanmoins bien présent (pour continuer sur les pourcentages, on aurait un 50/40/10, par exemple)
Ainsi que, plus rarement, des constitutions équilibrées entre les trois doshas : Vata/Pitta/Kapha.

Les outils de diagnostic de constitution du practicien sont nombreux et mon but n’est pas de les présenter ici.
Mais ce que j’ai trouvé intéressant dans la question : Quel est votre plus grand plaisir?
c’est qu’inévitablement, elle nous amène à réfléchir, au fond, à qui nous sommes.

Si vous vous êtes posé sérieusement la question, vous avez certainement identifié un plaisir qui surpasse tous les autres.
Il vous sera facile d’observer à quel sens ce plaisir se rapproche.
Et donc à quel dosha.
Vous voyez enfin où je voulais en venir ?

Cette question anodine m’est finalement apparue dans toute sa dimension quand j’ai réalisé à quel point elle nous permettait d’accéder à une meilleure connaissance de nous-même.
Encore faut-il se la poser avec sincérité.
Sans se mentir pour faire plaisir à l’ego, ou pour devenir l’image que l’on voudrait donner aux autres.

Aussi, avec le petit groupe qui allait bientôt devenir presque une famille, nous avons d’abord commencé à citer des plaisirs lisses, acceptables pour tout le monde :
la musique, le fait de ne rien faire, prendre un bain, rire, marcher dans l’herbe, bref, rien qui ne nous mettent vraiment en danger.
C’est ensuite que c’est devenu intéressant.

Certains ont cité le sexe.

M’est alors venu cette réflexion : à quel moment vais-je dire que pour moi aussi, simplement pour donner l’image qu’aime la société d’aujourd’hui, c’est à dire, celle d’une femme libérée qui aime le sexe ?

Ce que je ressens, souvent, ce qu’il est aujourd’hui de bon ton de crier sur tous les toits que oui, le sexe, c’est génial, et qu’on ne pense qu’à ça, tout le temps.
C’est bien de pouvoir en parler ouvertement, tant mieux, j’en suis la première heureuse.
Mais pourquoi l’ériger en valeur absolue ?
Pourquoi vouloir imposer à tout le monde la même chose ?

C’est là qu’il est plus dur d’être soi : faire face au jugement, même si c’est souvent un jugement imaginaire, ce n’est jamais très facile.

Alors il a fallu que je m’interroge : qu’est-ce que je préfère ?
Si j’avais un plaisir à choisir, est-ce que je choisirais le sexe ?

Et j’ai réalisé que je n’étais pas la seule à penser cela.
Parce que oui, croyez le ou non , d’autres personnes ont choisi autre chose.
(Et pas seulement des femmes, pour les préjugés, vous repasserez, merci)
C’est d’ailleurs là que j’ai eu un grand moment de fou rire, lorsque quelqu’un a avoué que le plaisir de manger passait devant le sexe.
Qui ose encore avouer cela aujourd’hui?

Etre vrai, être soi, est possible à cette condition: arrêter de mettre des échelles de valeurs partout.

Non, ce n’est pas « mieux » de préférer le sexe à la nourriture.
Ou « plus noble » de préférer la musique au travail de la terre.
Il n’y a pas de mieux.
Il n’y a pas de moins bien.
Il y a qui nous sommes.

Et il est temps d’accepter de regarder ce qui en face.

Ainsi, à ce moment, j’ai même pensé la même chose. Oui, j’adore manger.
(D’où la photo d’illustration de ce post)
Et puis j’ai creusé, encore.
J’ai fermé les yeux.
Et j’ai senti que mon plus grand plaisir était lié au toucher : les massages, les caresses, les papouilles, non, pas les chatouilles.

Ensuite, la réflexion a porté ses fruits, et j’ai compris aussi que si ce sens pouvait être à l’origine de mon plus grand plaisir, il pouvait être aussi le facteur de mon plus grand dégoût.
Toutes ces recherches m’ont beaucoup apporté, parce qu’elles m’ont permis de creuser en moi, d’apprendre sur moi, de rapprocher ces investigations de la logique ayurvédique.
Je m’arrête là, j’entends déjà une ou deux personnes de mon entourage me dire :

Mais arrête un peu de parler de toi !
C’est impudique, c’est égocentrique, c’est narcissique.

Mes amis, ne vous y trompez pas.
Je vous parle de moi pour vous parler de vous.

Le seul exemple de vie intérieure que j’ai, c’est le mien.
Je vous l’offre ici, en toute simplicité, et avec beaucoup d’humilité.
En vous souhaitant d’en ressentir l’écho et l’énergie pour aller creuser, vous aussi, à l’intérieur de vous-même.
Allez chercher votre plaisir.
Sans confondre le moyen et le but.
Mais allez le chercher.
Votre enquête fait partie de votre élan vers la connaissance.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*