Casual Banana Bread

C’est l’histoire d’un pain à la banane qu’on pourrait manger n’importe quand.
Au petit-déj, au goûter, mais ausssi en version salée comme un pain sans gluten.
Moelleux, doux mais pas sucré, il se tient bien et il passe partout.
Le goût de la banane est subtil, si bien qu’on oublierait presque de l’appeler banana bread.

Tout a commencé quand mon amie Olivia a osé me faire l’affront de tester un restaurant vegan à Nice. Sans moi.
(Olivia est, en plus d’être mon amie et ma source d’inspiration pour de nombreuses recettes, une photographe archi-douée qui me fait l’honneur de me prêter quelques-unes de ses photos pour le blog)
D’accord, j’étais hors les murs, en train de réciter des mantras à 1500 km en diagonale à vol d’oiseau. Mais quand même, je boude un peu.
Et ça se voit. Alors elle me raconte ce qu’elle a mangé, dit qu’elle a pensé à moi, et me parle d’un dessert qu’elle a adoré. Un banana bread.
Évidemment, comme je me dois d’être sa cuisinière préférée du monde, je me mets en tête d’en faire un.
Meilleur. Forcément.
(Bon en vérité, je n’étais pas vexée du tout, mais c’était surtout l’occasion de tester une recette qui me faisait de l’oeil depuis longtemps – et d’adapter mon polenta bread dont je vous parlerai un autre jour.)

Seulement voilà. Le banana bread, on en a des dizaines de recettes, alors je me demandais bien quel intérêt allait avoir une recette n°149.
A part que le mien est vegan, sans gluten, et surtout, que je le fais exactement comme j’ai envie de le manger. Pas trop sucré, pas blindé d’huile, moelleux et qui ne tombe pas en miettes.
Et puis comme c’est en fin d’après midi, je me dis que pépette, ça lui fera un petit déj sympa.
Et que ma copine Claudia de Ph7 Equilibre pourra le goûter en arrivant le lendemain.

Alors hop hop hop, pif paf pouf et le truc est fait en trois minutes.
Et en plus, ça se mange. Par exemple là, (sur cette photo de photographe culinaire de ouf), en salé, avec une salade de l’été la plus facile du monde.
Mais on parle de salades un autre jour, promis.

Casual Banana Bread

Prep time:

le temps que pépette range sa chambre euh non prenne sa douche. Enfin 15 minutes quoi.
Vaisselle comprise. Je crois.

Cook time:

35-40 mn à 180°C.
Mais soyez sympas, selon votre plat, vérifiez avec la pointe d’un couteau ou les yeux, histoire que votre pain reste moelleux parce que c’est comme ça que je vous l’ai vendu, quand même.

Ingredients

  • 100g farine de riz
  • 50g polenta
  • Même quantité (environ 150ml) de liquide: lait de soja ce jour pour ma part*
  • Une poignée de graines de tournesol
  • 2 cuillères à soupe de graines de pavot
  • 1 cuillère à soupe de graines de lin moulues + 3 cuillères à soupe d’eau tiède
  • 1/2 cuillère à café de bicarbonate+ 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • Un peu de sel
  • Oh! Et deux bananes, évidemment.

Préparation

  1. Mettez quelques minutes les graines de lin moulues à tremper dans de l’eau tiède: elles vont gonfler et prendre un aspect gluant. (c’est ce qui nous sert de liant, en plus des bananes)
  2. Assemblez dans un saladier les ingrédients suivants: farine, polenta, lait, bananes.
  3. Ajoutez les graines de lin. Mixez ensuite avec un mixer plongeant (à défaut écrasez les bananes avec la fourchette, et mélangez au fouet, mais c’est plus facile avec le mixeur plongeant). Vérifiez la consistance, elle doit avoir l’aspect d’une pâte à crêpes assez épaisse.
  4. Ajoutez les graines de tournesol, les graines de pavot et le sel. Mélangez avec une spatule.
  5. Enfin, ajoutez le bicarbonate et par dessus, le jus de citron. Le mélange va mousser.
    Mélangez la pâte en la soulevant (comme si vous vouliez incorporer des blancs en neige).
  6. Graissez un moule à cake ou à gâteau avant d’y ajouter la préparation (j’ai pris un plat à four rectangulaire).
  7. Et hop au four! (35-40 mn à 180 °C)

Une fois cuit, laissez-le refroidir tranquillement avant d’envisager de le sortir du moule et de le découper.
Si vous êtes, comme moi, incapables de résister à la tentation du morceau tiède qui sort du four, attendez-vous à ce qu’il se casse et qu’il soit un peu gluant…mais bon, c’est la rançon des gourmands!

*Pour ceux qui ont envie de me taper ou de me raconter que le lait de soja, c’est mal, je vous remercie et je tiens à vous dire que j’en suis parfaitement informée.
Mais là, je n’avais que ça sous la main. Je ne contrôle pas mes frénésies créatrices donc je prends ce que j’ai au lieu d’aller faire des courses (du coup c’est bien aussi pour l’empreinte écologique haha!)
Bref. Vous pouvez échapper à ce fléau en mettant du lait de riz, d’amande, de noisettes, enfin, de ce que vous voulez.
Sauf du lait de vache, de chèvre, ou d’un autre animal, parce que là, c’est moi qui vais râler et vous expliquer ce que vous savez déjà, que si vous voulez boire du lait de vache (en plus du fait que c’est erk et mauvais pour votre santé), ça implique de tuer un petit veau.
Enfin bref, on n’est pas là pour faire des démonstrations, mais quand même ça va mieux en le disant.
 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*